De la Brasserie Coopérative de Mons à Heineken

Heineken, 2ème brasseur mondial, 1er en Europe, qui possède 115 brasseries dans le monde, est installé sur la zone industrielle de la Pilaterie dans la rue du houblon, bien nommée, à Mons-en-Barœul près de Lille. Ce sont 132 références de bière qui sortent de cette usine gigantesque qui s'étale sur 24 hectares avec une capacité de production de 3,5 millions d'hectolitres par an. Cette brasserie est la suite d'une longue tradition locale car il y avait plusieurs brasseries à Mons. Il reste cette seule brasserie qui était au départ la Brasserie de Léon Delattre fondée en 1881, puis poursuivie par la famille Waymel devenue Brasserie Coopérative de Mons-en-Barœul le 31 décembre 1903, puis la Brasserie Pélican productrice des bières Pelforth. En 1972 la brasserie est rebaptisée, prenant le nom de la bière Pelforth, lancée en 1937. La Brasserie Pelforth fusionne avec de nombreuses brasseries dont la Brasserie Carlier de Coudekerque-Branche (près de Dunkerque) et devient Pelforth SA. Vers 1980, les Brasseries et Glacières d'Indochine (devenues Brasseries et Glacières Internationales) par l'intermédiaire de leur filiale Union de Brasserie prennent la majorité du capital, puis par la suite s'associe avec Heineken France pour former la Société Générale de Brasseries (SOGEBRA) qui deviendra en 1986 la Française de Brasserie (FRABRA). Jusqu'en 1987 le siège social est situé rue Delphin-Petit à Lille. En 1993 la Française de Brasserie (FRABRA) devient Brasseries Heineken avec 3 sites de production à Marseille, Schiltigheim et Mons-en-Barœul.

Les bouchons mécaniques






L'une des particularités des Brasseries Pélican est d'avoir adopté très vite le bouchon mécanique sur l'influence de Jean Deflandre. Ce système extrêmement pratique qui permet le rebouchage a été développé pour la bouteille d'un litre, ce qui permettait une consommation étalée.
Le bouchon mécanique est composé de 4 parties :
- 2 parties métalliques : l'accroche et la bascule
- le bouchon en céramique puis en polypropylène
- le joint en caoutchouc
Il faut que la bouteille ait été prévue d'emblée avec deux trous dans son goulot pour permettre la fixation de l'accroche.


Le logo du Pélican figure souvent sur le bouchon en céramique. Selon son aspect on peut en déduire l'ancienneté de la bouteille.




Certaines bouteilles pourtant de la même époque possèdent parfois des bouchons en céramique complètement blanc, sans le logo du pélican. 

Par la suite est apparue l'étiquette ou collerette de sécurité, qui permettait de vérifier l'inviolabilité de la bouteille.









Plus récemment sont apparues sur le bouchon la date de limite de consommation, ainsi que des références de fabrication, comme le n° de lot et l'heure d'embouteillage, afin d'améliorer la traçabilité.



Un système encore utilisé de nos jours permet d'adapter le bouchon mécanique a une bouteille qui n'a pas été prévue pour cela. Il s'agit d'ajouter une 5ème pièce sous forme d'un collier à trous.