De la Brasserie Coopérative de Mons à Heineken

Heineken, 2ème brasseur mondial, 1er en Europe, qui possède 115 brasseries dans le monde, est installé sur la zone industrielle de la Pilaterie dans la rue du houblon, bien nommée, à Mons-en-Barœul près de Lille. Ce sont 132 références de bière qui sortent de cette usine gigantesque qui s'étale sur 24 hectares avec une capacité de production de 3,5 millions d'hectolitres par an. Cette brasserie est la suite d'une longue tradition locale car il y avait plusieurs brasseries à Mons. Il reste cette seule brasserie qui était au départ la Brasserie de Léon Delattre fondée en 1881, puis poursuivie par la famille Waymel devenue Brasserie Coopérative de Mons-en-Barœul le 31 décembre 1903, puis la Brasserie Pélican (elle même créée en 1921 à Lille par 3 familles de brasseurs : Les Bonduel, les Boucquey et les Deflandre) productrice des bières Pelforth. En 1972 la brasserie est rebaptisée, prenant le nom de la bière Pelforth, lancée en 1937. La Brasserie Pelforth fusionne avec de nombreuses brasseries dont la Brasserie Carlier de Coudekerque-Branche (près de Dunkerque) et devient Pelforth SA. Vers 1980, les Brasseries et Glacières d'Indochine (devenues Brasseries et Glacières Internationales) par l'intermédiaire de leur filiale Union de Brasserie prennent la majorité du capital, puis par la suite s'associe avec Heineken France pour former la Société Générale de Brasseries (SOGEBRA) qui deviendra en 1986 la Française de Brasserie (FRABRA). Jusqu'en 1987 le siège social est situé rue Delphin-Petit à Lille. En 1993 la Française de Brasserie (FRABRA) devient Brasseries Heineken avec 3 sites de production à Marseille, Schiltigheim et Mons-en-Barœul.

Jeux


Les divers jeux (jeux de cartes, piste de 421, etc) sont aussi une bonne méthode pour rappeler la marque aux clients des cafés.



On connaît six modèles de jeu de cartes publicitaires pour la Brasserie de Mons-en-Barœul. Celui ci-dessous a été édité à l'occasion des fêtes du Tricentenaire de Lille en 1968. Son jeu de 54 cartes est encore sous cellophane, il pouvait servir comme indiqué sur la tranche pour le Bridge, le Poker et la Canasta.









Les cartes à jouer sont parfois très anciennes. On en trouve certaines qui ont été distribuées par la brasserie de Mons-en-Barœul. Ce sont des jeux de 32 et 54 cartes ou des jeux de tarot.












Ces cartes ne vont pas, bien entendu, sans un tapis de jeu approprié.




Un jeu original inspiré de la roulette, consiste à lancer une bille sur un plateau légèrement incurvé. Lorsque la bille s'arrête dans un trou, on compte les points indiqués, la case Pelforth permet de rejouer et de compter double les points suivants.


Plus classique cette piste de jeu pouvait servir de piste de 421 (avec 3 dés) ou de Yam's (avec 5 dés). On a retrouvé 6 modèles différents











Un jeu de parcours, inspiré du jeu de l'oie, avec une case d'arrivée " Servir frais ". Appelé Pelforth Game ... on retrouve ici, une fois de plus, l'influence anglo-saxonne qui a donné son nom à la Pelforth.


Un jeu de dés original, dit mini-jeu Pelforth Brune, avec 3 dés particuliers portant des mots différents : Pelforth Brune, Brune, Servir, Frais. Inspiré du 421, les différentes combinaisons rapportent un nombre de points qu'il s'agit de cumuler.


Une boîte contenant des dès

Parmi les jeux de cartes il y a cette édition concernant la signalisation routière